Ceux qui suivent mon évolution depuis le début le savent : j’ai toujours aimé prendre la nature en photo. C’est une source d’inspiration infinie qui se renouvelle sans cesse. J’ai montré ma galerie Nature à ma chère amie Vanessa et lui ai demandé ce que ça lui inspirait. Voilà le magnifique texte qui en est ressorti :

“Prendre la clé des champs. S’arrêter et ne plus voir, pour commencer à regarder. Enclencher une sourdine et fuir le fracassant béton pour retrouver l’apaisant murmure du végétal. Suivre les nuages et s’adonner, confiant, à la paréidolie.

Dans un monde qui bien souvent ne fait plus sens, retourner à la genèse et faire silence. Fermer les yeux, écouter le bruissement des feuilles, le clapotis d’un ruisseau, les craquements des branches et tous ces petits sons ténus et minéraux qui frôlent lentement la conscience pour l’ouvrir à une cognitivité différente. Sentir l’humus et l’odeur de la pluie passée, toucher une écorce, un rocher, une fougère.

Savoir donner au détail l’importance du tout et mettre en avant la précision lumineuse d’un pistil, le grain noir pourpré d’une baie, un rai de clarté sur une touffe de plantains, ou un banc de brume onirique au travers d’une pluie de flocons. Laisser voir la délicatesse d’un coucher de soleil sur un bourgeon endormi, le velouté d’une drupe, la rondeur fragile des corolles d’une fleur. Se baisser vers l’invisible pour composer avec la lumière une élégie à la Nature et nous offrir la grâce de tous ces petits fragments éphémères qui nous entourent et que nous ne prenons plus le temps de voir.

Avec sensibilité et élégance, 2grump capture en caressant, fixe l’instant en frôlant de son objectif  le vert d’une mousse, la musique d’un torrent ou la bigarrure apocalyptique d’un ciel d’orage surplombant une vallée. Il invente une poésie si minutieuse et subtile que ses photos semblent prendre vie et font appel à tous nos sens. Pénétrées d’un halo de douceur végétale, nos pupilles et notre âme sont soudain envahies d’une accalmie souveraine.

C’est une ponctuation de couleur dans le gris, une parenthèse de paix dans le tumulte de la ville. Un appel à l’abandon fugace de la contemplation d’une flore évanescente. Un retour à l’essentiel, aussi esthétique que nécessaire.”

Texte de Vanessa Hamann

LIEN VERS LA GALERIE : http://2grump.ink-air.fr/portfolio/la-cle-des-champs

– – –

Ben – 2GRUMP